Vous saurez tout le 27!

Laisser un commentaire
politique

C’est mardi prochain, le 27 janvier que je dévoilerai le titre de mon livre,le nom de la maison d’édition qui a choisi de le publier et la date à compter de laquelle il sera disponible en librairie.Ainsi que le nom de mon préfacier.

Si la lecture est un acte solitaire, il en va de même de l’écriture. Du moins jusqu’au moment où l’on décide d’en partager les premières esquisses avec quelques lecteurs triés sur le volet.

Je profite de cette tribune, avant de le faire plus formellement dans mon bouquin, pour remercier ceux et celles qui ont accepté de partager cette belle aventure avec moi et de se faire critiques, oh combien doux, voire réservés, mais généreux. Leurs corrections, suggestions, commentaires ont amélioré les quelques 90 000 mots que j’ai écrits entre la mi-juillet et le début novembre. Le texte remis à mon éditeur porte la marque de leurs contributions respectives.

Merci donc à Jocelyn Caron, auteur d’un important essai sur la question nationale (Choisir le progrès national, 2012, aux Éditions Druide),qui le premier m’a convaincu de la nécessité d’écrire ce livre et en a suivi de près et avec enthousiasme l’évolution.

Merci à mon écrivain de fils, Éric, qui fort de ses deux premiers romans historiques sur les Beatles (2013 aux Éditeurs réunis) s’est révélé un réviseur et un commentateur précieux. Les trucs du métier qu’il m’a généreusement transmis m’ont permis d’éviter bien des écueils.

Merci à ma sœur jumelle MarieTrudel, auteure d’un traité sur la co-propriété qui fait autorité (2005 et 2009 aux Éditions Wilson et Lafleur) qui a partagé cette aventure comme elle a partagé toutes les autres au cours de ma longue carrière.

Merci à mon ami et voisin Richard Hamel dont l’expérience en édition et la connaissance de notre belle langue se sont révélés de précieux atouts.

Merci à mon épouse Louise Poulin, toujours présente, toujours enthousiaste, toujours juste dans sa critique, toujours élevée dans ses jugements. Ces mois de bonheur consacrés à l’écriture, expérience exceptionnelle, n’auraient pas été possibles sans son appui et sa compréhension. Sans oublier sa patience!

Je remercierai en leur temps, c’est  à dire au moment de la parution,tous ceux qui auront travaillé, chez mon éditeur,à la naissance de cet autre enfant de notre merveilleux monde de l’édition québécoise.. Je n’oublierai pas, bien sûr, la personne qui m’a fait l’honneur d’accepter de rédiger la préface de mon livre.

À mardi, donc, pour le GRAND DÉVOILEMENT!

Publié par

Homme politique à la retraite active, analyste et commentateur, toujours passionné d'affaires publiques, de lecture et de musique. Auteur de DE LA CRISE D'OCTOBRE AU PRINTEMPS ÉRABLE, Québec Amérique 2015

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s