Si la tendance se maintient…

Laisser un commentaire
Election 2014

Le PQ doit être inquiet ce matin. D’abord parce que pour la première fois , le PLQ, en lente mais constante progression depuis le début de la campagne, le devance dans les intentions de vote (39%-36%). Ensuite, parce que la marge qu’il détient dans l’électorat francophone se rétrécit, elle aussi. Enfin, parce que sa domination traditionnelle du 450 n’est plus, le PLQ le distançant par 39-37%. Rien de catastrophique, mais quand même. Dans la même foulée, les Libéraux sont en train de démolir leur adversaire péquistes dans la région de Québec où ils mènent maintenant par 9 points. C’est beaucoup. Bref, comme je l’écrivais dimanche, rien n’est encore joué mais je dirais, pour reprendre les expressions sportives jadis chères à monsieur Couillard, que la balle roule en faveur des libéraux. Mais nous ne sommes qu’à la mi-temps et trois semaines en politique, est-il utile de le rappeler, c’est une éternité.

Deux sondages en quelques jours confirment que les deux-tiers des  Québécois ne veulent pas d’un référendum . Le CROP-LaPresse de ce jour indique, pour sa part, que seulement 38% voteraient oui à la souveraineté. Sondage après sondage, la population dit clairement à ses politiciennes et politiciens: parlez-moi d’autres choses: de Legault (dont, semble-t-il, elle de veut pas), de détermination, de vraies affaires, tout, mais surtout pas de référendum et le moins possible de charte.  A deux jours du débat des chefs, cela devrait, me semble-t-il inspirer les journalistes et les amener à poser des questions dans une autre direction.

Donnée inquiétant qui en dit long sur le peu de confiance que la population accorde aux paroles des politiciens, particulièrement à celles de madame Marois. Les deux-tiers des personnes interrogées estiment qu’un gouvernement péquiste irait de l’avant et tiendrait un référendum dans son mandat malgré ce qu’en dit actuellement la première ministre. Côté positif, voilà qui me semble ouvrir toute grande la  porte libérale  aux orphelins caquistes très majoritairement fédéralistes, désireux eux aussi d’éviter un troisième référendum en 30 ans. Point n’est besoin, à ce moment-ci, à tout le moins, de se négocier une fusion dont le PLQ pourra sans doute faire l’économie au soir du 7 avril…si la tendance se maintien.

Publié par

Homme politique à la retraite active, analyste et commentateur, toujours passionné d'affaires publiques, de lecture et de musique. Auteur de DE LA CRISE D'OCTOBRE AU PRINTEMPS ÉRABLE, Québec Amérique 2015

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s